Pathologies

Hydrocéphalie vient du grec hydro, qui signifie « eau », et képhalé qui veut dire « tête ». L’hydrocéphalie traduit un excès de liquide, le liquide cérébro- spinal (LCS), dans le cerveau. Le LCS, qui circule à l’intérieur et autour du cerveau, a un rôle essentiel pour son fonctionnement. En cas d’hydrocéphalie, c’est le mécanisme d’évacuation du LCS qui ne fonctionne pas.

Résultat :
Le liquide cérébro-spinal s’accumule et doit impérativement être drainé au plus vite, grâce à une intervention chirurgicale et la pose d’une dérivation permettant à l’excès de liquide de s’évacuer vers une autre zone du corps.

La valve de dérivation est une solution permettant de pallier à l’évacuation du LCS, mais ne guérit pas la cause de cette maladie mortelle.

Par ailleurs, les dysfonctions de matériel sont fréquentes (40 % des valves dysfonctionnent dans les 2 ans, 98 % dans les 10 ans, 100 % dans les 12 ans) et impossible à prévoir.

Lorsque la dérivation ne fonctionne plus, le drainage du liquide ne s’effectue plus normalement, entraînant d’importantes variations de la pression intracrânienne et mettant en jeu la vie du patient.

L’unique moyen de dépister une dysfonction avant que les symptômes n’arrivent serait de détecter une variation anormale de la  pression intracrânienne donnant le signal d’alarme.

La mesure ambulatoire et continue de la pression intracrânienne qu’offre Neurallys, avec un outil connecté à la valve, permettra une mesure non invasive de la PIC et changera ainsi la vie de centaines de milliers de malades.

Parfois, certains patients porteurs d’une dérivation présentent les mêmes symptômes qu’une dysfonction de matériel (maux de tête à répétition par exemple), sans que le diagnostic puisse être réellement établit, faute d’outils adéquats et accessibles rapidement, et conduisent à des interventions inutiles, coûteuses, et non sans risques pour les patients.

Pour ces patients, le dispositif développé par Neurallys permettra de rassurer quant à l’absence de dysfonction et orientera le clinicien vers d’autres causes afin de mieux soulager le patient.